Au moment de son ouverture, le Musée SACEM présentera une sélection de plus de 3 000 objets d`archives… et ce n`est que le commencement! En ce qui concerne la forme, l`écriture sera le support principal: applications et demandes d`adhésion, examens d`entrée, lettres, Articles de journaux, photographies, déclarations d`œuvres, partitions et singles, programmes, magazines… Tout cela, accompagné de documentaires sur les coulisses de la création, des interviews de podcast, ou même des playlists sur des plateformes de streaming audio ou vidéo légitimes. Vous avez récemment développé le prêt d`archives? Depuis quatre ans, SACEM poursuit une politique d`amélioration de la valeur de son patrimoine. Nous sommes partenaires dans les expositions et les festivals et prêtons nos archives, le plus souvent en les reproduisant en fac-similé. Parfois, ce sont des originaux comme pour l`exposition dédiée à Barbara à la Philharmonie ou à Edith Piaf il y a deux ans, à la Bibliothèque nationale de France. Nous sommes de plus en plus appelés à travailler. Nos archives sont aujourd`hui au cœur de beaux livres, sur Marcel mouloud, Serge Gainsbourg… «Au fil du temps, les Archives de la SACEM, qui étaient de nature administrative, acquéraient une valeur culturelle.

L`objectif n`est pas bien sûr de transformer la société des auteurs-compositeurs en musée, mais nous devons rendre justice à ces archives… et à travers eux, à tous nos membres», explique Claire Giraudin, directrice de l`Université SACEM et coordinatrice du projet. Seulement quelques années après sa création, en 1860, SACEM a créé un fonds de secours grâce aux redevances de Rossini. Dans les années 1898-1899, les fondements du régime d`allocations d`entraide (les RAES actuels) ont été posés. En 1947, alors que la France venait de créer son système de sécurité sociale, SACEM ouvrit une mutuelle-la société mutualiste-exclusivement pour ses membres. En 1951, des créateurs éminents, qui croyaient en leur obligation de manifester une solidarité fraternelle, se sont réunis pour former une association pour aider leurs pairs en difficulté financière: le Comité du cœur. En 1964, en tant que pilier final d`un modèle social unique, SACEM a donné à la RAES sa forme actuelle, dans le régime d`allocations d`entraide réservé aux personnes de plus de 60. SACEM précise aujourd`hui, à l`article 4 de ses statuts: entreprendre «une action de prévoyance, de solidarité et d`entraide par la Constitution et le versement des prestations dans le cadre des services sociaux». “Au total, plus de 32 millions euros sont dépensés annuellement sur les services sociaux”, reprend Roger-Pierre HERMONT, avant de décrire les trois piliers: “la prévoyance vieillesse-le RAES-, la santé-Smacem, notre mutuelle d`assurance-et le soutien à la fois notre soulagement Fonds et, en outre, le Comité du cœur». SACEM fournit également une interface active entre ses membres et les organisations sociales externes.

Il participe à leur gouvernance: AGESSA (Association de gestion de la sécurité sociale des artistes), fonds de retraite Ircec (avec les deux régimes de retraite complémentaire RAAP et RACL), AFDAS (qui gère le Fonds de formation des artistes)… Les membres du Conseil d`administration, les membres et les chefs de la protection sociale garantissent les intérêts et les droits sociaux des auteurs et compositeurs. «Une vigilance constante est nécessaire», explique Patrick Lemaître. Le «site en construction» est entré dans une phase plus concrète au printemps dernier. Pendant plusieurs mois, l`équipe de SACEM, renforcée à cet effet, a numérisé des milliers de documents. Des partenariats ont été nouées avec la Bibliothèque nationale de France, la discothèque Radio France, la Philharmonie de Paris, la chambre syndicale de l`édition musicale (CSDEM) et la chambre syndicale des éditeurs de musique de France (CEMF).